Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Elisabeth Schwarzkopf : diva assoluta
Par
Sylvia L'Écuyer

Date de publication

09 déc. 2015

Genre

« Diva assoluta », Elisabeth Schwarzkopf, née le 9 décembre 1915, possédait une voix de soprano lyrique d’une pureté et d’une flexibilité inouïes, un instrument magnifique qu’elle maîtrisait avec un art consommé et un souci de la perfection poussé à un degré extrême. Elle n’avait pas 30 ans quand Herbert von Karajan confiait au producteur et impresario Walter Legge, qu’elle allait épouser en 1953, qu’elle était peut-être la meilleure chanteuse en Europe (potentially the best singer in central Europe). Tout aussi perfectionniste qu’elle, Walter Legge a grandement contribué à façonner sa voix et sa technique et guidé la carrière d’une des plus grandes artistes du siècle. « Je n’aurais jamais imaginé qu’un son aussi exquis puisse provenir d’un gosier humain », aurait dit la soprano Kirsten Flagstad.

Ce grand art, qui ne laissait guère de place à la spontanéité et à la passion, a été le produit d’une éducation fort stricte, reçue d’abord au sein de sa famille, entre un père instituteur autoritaire et intransigeant, passionné pour la langue allemande, et une mère dont l’instinct musical était assez sûr pour obtenir qu’elle reçoive l’enseignement musical propre à sa voix – on l’avait d’abord cru mezzo-soprano. Pour ses débuts sous la direction de Karl Böhm à Vienne, elle incarne une des filles-fleurs dans l’opéra de Wagner, Parsifal. Parmi ses premiers rôles, elle chante Adèle dans la Chauve-souris de Strauss, Rosine du Barbier de Séville, Blondchen de L’enlèvement au sérail et Zerbinetta d’Ariane à Naxos.

Mais ces débuts se passent pendant les années de guerre, et après la défaite de l’Allemagne et le dévoilement de ses liens avec le parti nazi, Elisabeth Schwarzkopf doit passer devant le tribunal de dénazification à Berlin. Elle est acquittée, mais la postérité n’est pas tendre pour elle quand, en 1981, on trouve la preuve qu’elle avait obtenu une carte de membre du parti national-socialiste. Tout en rendant hommage à son immense talent, le journaliste britannique Martin Kettle écrivait, cette semaine : « Est-ce que l’art excuse la politique? » Une question qui est comme un écho à l’ouvrage de Jean-Jacques Nattiez, Wagner antisémite, qui vient de paraître cette semaine.

À partir de 1946, avec ses débuts à Londres, à Salzbourg et à La Scala, où elle chante Mozart et Wagner sous la direction de Karajan, sa carrière prend un envol international. Elle crée le rôle d’Anne Trulove dans l’opéra The Rake’s Progress à Venise en 1951 et fait de grandes tournées nord-américaines : elle chante un de ses plus grands rôles, celui de la maréchale du Chevalier à la rose, à San Francisco en 1955, et devait chanter lors de l’ouverture du Théâtre Queen Elisabeth à Vancouver en 1959, mais a dû annuler ce voyage pour subir une intervention chirurgicale. Elle est toutefois revenue chanter au Canada à quelques reprises, comme en témoignent trois vidéos tournées le 31 octobre 1963 dans les studios de Radio-Canada à Montréal pour une soirée viennoise à l’émission L’heure du concert réalisée par Pierre Mercure. L’orchestre de Radio-Canada était sous la direction de Willi Boskovsky, qui l’accompagne au violon dans la célèbre pièce de Rudolf Sieczynski Wien, du Stadt meiner Traüme.

Retirée de la scène lyrique en 1971, elle continue de se consacrer au lied, qu’elle a toujours cultivé avec un art extrêmement raffiné. Elle prend sa retraite définitive en 1979, tout en continuant à donner des classes de maître mémorables. Madame Schwarzkopf est décédée en Autriche en 2006, à 90 ans.

Wien, du Stadt meiner Traüme
Der VögelHandler
Der Obersteiger

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.