Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur Dave Brubeck
Par
Frédéric Cardin

Date de publication

05 déc. 2015

Genre

Tout le monde, même sans le savoir, connaît Dave Brubeck. Pensez donc à Take Five, un succès planétaire depuis 1959 :

 

Pourtant, saviez-vous que ce n’est pas lui qui a écrit cette mélodie, mais bien le saxophoniste du quartette, Paul Desmond?

Voici 10 autres révélations, grandes ou petites, à propos de ce musicien qui a été, et demeure, une véritable légende :

  1. Par sa mère, Elizabeth Ivey, il est de la lignée de pianistes formés par Myra Hess, l’une des premières grandes femmes pianistes enregistrées au début du 20e siècle. Maman Elizabeth grondait d’ailleurs les autres membres de la famille lorsqu’ils laissaient le petit Dave jouer trop imprudemment sur le ranch familial, risquant ainsi de se blesser aux mains!
  2. Dave ne voulait pas devenir musicien au départ. Il s’était inscrit à l’école vétérinaire afin de reprendre adéquatement le ranch de son père, en Californie.
  3. C’est le directeur du Département de zoologie de l’université qui lui a fait prendre conscience de son avenir musical, et ce, d’une façon peu amène : « Brubeck, votre esprit est de l’autre côté de la rue, au conservatoire. Svp, allez-y et cessez de me faire perdre mon temps, ainsi que de perdre le vôtre »
  4. Le style de jeu pianistique de Brubeck n’était pas celui d’un virtuose, avec de multiples fioritures, mais s’exprimait plutôt par des accords plaqués, rassemblant plusieurs notes à la fois. Il y a une raison à cela. En 1951, le musicien s’était sérieusement blessé en faisant du surf. Il avait ainsi endommagé plusieurs de ses vertèbres cervicales, ce qui lui a occasionné des douleurs nerveuses aux mains pendant de nombreuses années. Pour compenser, il a développé ce style de jeu au piano, qui devait être moins douloureux.
  5. En 1954, il a fait la couverture du Time Magazine. Pourtant, il n’était pas content. Il considérait que Duke Ellington le méritait bien plus que lui, et qu’on l’avait choisi, lui, parce qu’il était blanc. Brubeck a toujours milité pour l’inclusion sociale des Afro-Américains.
  6. C’est lors d’une tournée en Europe de l’Est et en Asie que Brubeck a découvert les rythmes atypiques et asymétriques des folklores locaux. Peu après sortait le mythique Time Out, où la plupart des pièces étaient basées sur des rythmes inhabituels (9/8, 5/4, 3/4, et 6/4) en jazz et en musique populaire.
  7. En 1961, Time Out (enregistré en 1959 et comprenant le célèbre Take Five, en rythme de 5/4) a été le premier album de jazz à vendre plus d’un million d’exemplaires.
  8. Brubeck répliqua au succès de Time Out avec Time Further Out. Les rythmes irréguliers y étaient encore bien représentés, en particulier avec la pièce Unsquare Dance et ses sept temps. À l'origine, ce morceau avait été composé pour « décourager » les membres du public des concerts qui ont l'habitude de marquer le rythme en tapant dans les mains, et qui, hélas, se retrouvent souvent à contretemps. À la fin du morceau, on entend le rire de soulagement du batteur, Joe Morello, qui ne pensait pas se tirer si bien de ce difficile exercice.
  9. Dave Brubeck a également composé plusieurs œuvres « classiques » contemporaines, soit un oratorio, des cantates, une messe, deux musiques de ballet, ainsi que des concertos pour ensemble de jazz et orchestre, etc.
  10.  Le président américain Barack Obama a déjà dit : « Vous ne pouvez pas comprendre les États-Unis sans connaître le jazz, et vous ne pouvez pas connaître le jazz sans connaître Dave Brubeck. »

 

Frédéric Cardin

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.