Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Les Soirées classiques fêtent Seiji Ozawa!
Par
Frédéric Trudel

Date de publication

01 sept. 2015

Genre

Premier musicien japonais à avoir fait une carrière internationale, il est aussi probablement le seul chef étranger à être demeuré aussi longtemps en sol nord-américain. Seiji Ozawa y a passé 42 ans à diriger quelques-uns des orchestres les plus prestigieux : d’abord assistant de Leonard Bernstein à New York en 1960, il assume ensuite la direction de l’Orchestre symphonique de Toronto de 1965 à 1969, puis de celui de San Francisco de 1970 à 1976 pour ensuite prendre les rênes de l’Orchestre symphonique de Boston pendant 28 ans, de 1974 à 2002.

C’est pourtant la France qui lui donne sa première chance lorsqu’il remporte, en 1959, le premier prix au Concours international de Besançon et qu’il y fait la rencontre déterminante du chef Charles Munch, grand spécialiste du répertoire français et alors en poste à l’Orchestre de Boston. Ce dernier le fait venir en Amérique et devient, avec Hideo Saito et Herbert von Karajan, l’un de ses mentors. 

Ce n’est sans doute pas un hasard si, au cours des décennies suivantes, Seiji Ozawa acquiert la réputation de champion de la musique française et que les œuvres de Ravel, de Debussy, de Messiaen et de Dutilleux trouvent en lui un de ses plus brillants défenseurs. Il est d’ailleurs frappant de voir jusqu’à quel point sa direction, tout en souplesse et en fluidité, semble modelée sur ce répertoire : au pupitre, Ozawa arbore l’élégance d’un maître taïchi et ses interprétations se révèlent de fascinantes chorégraphies sonores.

À partir du milieu des années 80, le Japon occupe une place de plus en plus importante dans les activités de Seiji Ozawa. En 1984, il y fonde le fameux orchestre Saito Kinen, en hommage à son premier maître Hideo Saito, et crée en 1992 le Festival Seiji Ozawa, à Matsumoto, dans les Alpes japonaises. L’éducation musicale étant au cœur de ses préoccupations, il consacre actuellement beaucoup de son temps à la Seiji Ozawa International Academy Switzerland. Cette académie tente de sensibiliser les jeunes virtuoses à la pratique du quatuor qui constitue, pour Seiji Ozawa, l’essence même de la musique.

Longue vie à vous, maestro Ozawa!

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.