Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Philippe Brach aux Francos : Ça, c’t’un beau spectacle!
Par
Claudia Beaumont

Date de publication

26 avr. 2016

Intitulé Ça, c’t’un beau piano à cordes, le quatrième spectacle de Philippe Brach aux FrancoFolies de Montréal faisait le pont entre son « ancien » répertoire, c’est-à-dire les chansons du premier album, La foire et l’ordre, et le nouveau, Portraits de famine, qui sortira en septembre. Question de rendre l’événement solennel, il a invité le public à se lever pour entonner l’hymne national au début du spectacle (ce n’est pas une blague). Surpris, mais néanmoins enthousiastes, les spectateurs ont joué le jeu, d’abord avec retenue, puis avec vigueur à « des plus brillants exploits ». Et hop, la salle était bien réchauffée, et ce, sans première partie!

Il a ensuite enchaîné avec Dans ma tête, Alice (après une formidable imitation d’Angela de Gerry Boulet, dont c’était le spectacle hommage à la place des Festivals) et Crystel, qu’il a pris soin de nous présenter en s’assurant d’abord qu’elle n’était pas dans la salle. Il faut ici souligner le talent de communicateur de Philippe Brach. Ses interventions sont non seulement hilarantes, mais elles sont surtout sincères et authentiques, car il nous parle comme s’il s’adressait à sa gang de chums. Ainsi, nous avions l’impression d’être dans le bois, autour d’un feu de camp (ne manquait que la bière), où toutes les confessions sont permises, où l’on peut rire, sacrer et pleurer à la fois. Car, oui, plusieurs de ses chansons sont douloureuses, voire viscérales (Ressac sur ta peau, Monsieur le psy, entre autres). Mais bon, il nous avait bien prévenus : « Ce n’est pas à soir qu’on va se recoudre les veines. »

Des moments trash, il y en a eu, mais il y a aussi eu des petites bulles de douceur. Notamment lors de ce duo avec une Klô Pelgag blessée qui, avec des béquilles, est venue interpréter Si proche et si loin à la fois. Et là, avons-le, nous avons eu une petite émotion; la chimie entre les deux artistes était si particulière, c’était comme de voir chanter un frère et une sœur. En tout cas, on a bien hâte d’entendre leur chanson sur le prochain disque de Brach.

Ah! Nous nous en voudrions de ne pas partager ce moment où nous avons chanté du Boom Desjardins en attendant que Philippe revienne des toilettes (non, ce n’est pas une blague). Voici l’extrait.

En somme, ç’a été une sacrée belle soirée.

En complément :

-          Voyez Philippe Brach interpréter Crystel et Downtown

 

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.