Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Le Désert de Félicien David : chef-d’œuvre d'orientalisme à redécouvrir
Par
Frédéric Trudel

Date de publication

12 juin 2015

Genre

Quel bonheur de réaliser qu’après tant d’années d’écoute de musique et de fréquentation du disque, il est encore possible de découvrir de nouveaux mondes, rescapés de l’Histoire. Ce récent enregistrement de l’étiquette Naïve, parrainé par le Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, est une véritable révélation.

Le Désert, Marche de caravane et La tempête au désert
Le Désert, Marche de caravane et La tempête au désert

Félicien David, Auguste Colin

Audio

Première vraie manifestation de l’orientalisme musical français au 19e siècle, Le Désert est créé à Paris en décembre 1844. Encensée notamment par Hector Berlioz, l’œuvre connaît alors un immense succès dans les capitales européennes et traverse même l’Atlantique pour être jouée à New York dès 1846. Cette gloire soudaine est toutefois lourde de conséquences pour la carrière de Félicien David : la suite de sa production sera toujours évaluée à l’éclatante lumière de son Désert. Les critiques seront dures et on en viendra plus tard à lui reprocher d’être « descendu de son chameau ». Est-ce ce qui explique l’oubli dans lequel tombera sa musique, emportant même son chef-d’œuvre, au début du XXe siècle?

Vaste partition de près de 50 minutes, cette « ode-symphonie », comme l’a désignée son auteur, est le fruit des voyages en Égypte et en Algérie que le jeune Félicien David entreprend en 1832. Revenu en France en 1835, il souhaite désormais chanter l’Orient et se tailler une place de compositeur à Paris. Œuvre contemplative et lumineuse, emplie de couleurs et de parfums, Le Désert offre une vision sans doute un peu édulcorée, voire naïve de ces contrées lointaines. Mais le charme irrésistible de cette musique l’emporte et réussit à évoquer, dans une langue simple mais efficace, l’immensité et le calme du désert, sa mélancolie, ses caravanes et ses tempêtes.

L’interprétation que nous livrent le chef Laurence Equilbey, ses choristes et ses musiciens est, à tout point de vue, somptueuse. Tout concourt à nous faire craquer pour ce Désert : le dynamisme et l’enthousiasme du chœur Accentus, la sensualité et la fraîcheur des bois de l’Orchestre de chambre de Paris, le timbre émouvant des deux ténors solistes, Cyrille Dubois et Zachary Wilder. Cet enregistrement magnifique et désormais incontournable figurera sans aucun doute au palmarès des plus belles réussites de l’année 2015.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.