Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Suivre toutes les étapes d’un concours de chant : un pur plaisir!
Par
Sylvia L'Écuyer

Date de publication

27 mai 2015

Genre

Parmi ceux dont je retrouve le nom régulièrement sur les affiches de concert et d’opéra dans les grandes salles chez nous et à l’étranger, je pense à Measha Brueggergosman, à Joseph Kaiser, à Mélanie Boisvert, à Peter McGillivray, à Elena Xanthoudakis, à Phillip Addis, à Marianne Fiset, à Julie Boulianne, à Angela Meade et à Andrew Garland. 

Cette année, ils sont 24 candidats. Je sais déjà, en assistant en début de semaine aux épreuves de quart de finale, que je réentendrai certains d’entre eux sur une grande scène quelque part, mais pour l’instant, comme le public très nombreux qui se présente tous les jours à la salle Bourgie, je me régale. C’est au jury que revient le choix des lauréats, ce qui n’empêche pas les spectateurs de faire part de leur appréciation et, en fin de course, de voter pour le candidat qui recevra le Prix du public. 

Il existe plusieurs grands concours de chant dans le monde. Qu’est-ce qui fait un grand concours? La qualité des candidats, bien sûr, mais aussi la renommée des membres du jury qui, souvent, deviendront un peu les anges gardiens de ces jeunes carrières. C’est d’ailleurs à la relève que plusieurs d’entre eux, comme Marilyn Horne, Wolfgang Holzmair, Edda Moser et Joseph Rouleau, consacrent aujourd’hui leur riche expérience. La soprano Sumi Jo, toujours active sur scène, vient de faire ses débuts au grand écran et de passer sur le tapis rouge au Festival de Cannes pour son rôle dans le film Youth de Paolo Sorrentino. Quant aux directeurs de théâtres et de festivals comme Birgitta Svenden, David Agler et Brian Dickie, ils peuvent non seulement guider et conseiller les chanteurs, mais aussi les inviter à se produire chez eux. Il y a aussi un autre facteur qui fait un grand concours : son public! Si l’on en juge par le nombre de spectateurs présents et leur enthousiasme dès le premier jour, le CMIM figure parmi les grands. Mais il faut surtout souligner la brillante idée imaginée pour l’ouverture : le dimanche 24 mai, le public était invité à chanter en chœur les principaux airs du film La mélodie du bonheur. La salle Bourgie était bondée !

Si vous n’avez pas la possibilité d’être à Montréal, sachez qu’à compter du début de la demi-finale, le vendredi 29 mai, vous pourrez suivre les épreuves sur le web, voir le gala, et même assister aux classes de maître de Marylin Horne, de Wolfgang Holzmair et de Richard Bonynge, que j’aurai l’honneur de présenter. Je vous reviens avec les détails.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.