Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Les choix de Yannick Nézet-Séguin pour la Semaine sainte
Par
Mario F. Paquet

Date de publication

31 mars 2015

Genre

Yannick Nézet-Séguin dirige ces jours-ci à Montréal le Stabat Mater de Dvorak avec l’Orchestre et le Chœur métropolitain, un concert qui sera diffusé mercredi 1er avril aux Soirées classiques. Depuis longtemps, il rêvait de diriger cette grande fresque sacrée dont le texte, associé au Vendredi saint, exprime la douleur humaine de Marie au pied de son fils, Jésus, cloué sur une croix.

Dans le cycle liturgique chrétien, la semaine précédant Pâques est consacrée au souvenir de la passion et de la mort du Christ. Traditionnellement, plusieurs des rites liturgiques et extraliturgiques comportaient de la musique et du chant. Il s’agit d’un répertoire très vaste. Yannick a accepté de nous proposer quelques œuvres qui sont, pour lui, incontournables ainsi que les versions qu’il préfère.

— BACH : Passion selon saint Jean BWV 245

Absolument incontournable. On ne peut choisir entre la « saint Jean » ou la « saint Matthieu »... Je dirige maintenant plus souvent cette dernière, mais c'est avec la « saint Jean » que j'ai commencé ma vie de chef, en la dirigeant en mars 1996 avec mon ensemble, La Chapelle de Montréal. Sa concentration dramatique plus immédiate, par rapport à l'émotion plus sublimée de la saint Matthieu, en fait une œuvre plus proche de l'opéra, plus foncièrement chorale aussi.

Je conseille la version de Frans Brüggen (Glossa GCD 921113)  ou encore celle de Nikolaus Harnoncourt. Première version (1965) de préférence, à l'émotion plus crue.

— BUXTEHUDE : Membra Jesu Nostri

Une œuvre encore méconnue, absolument sensationnelle, qui nous permet de comprendre où Bach a puisé son inspiration... Sept cantates, chacune se penchant métaphoriquement sur une des parties du corps du Christ en croix. La version des Voix Baroques sous étiquette Atma Classique (ACD 22563) est la meilleure qui existe.

— FAURÉ : Requiem

Évidemment, il ne s'agit pas d'une œuvre directement liée à la Semaine sainte, mais son caractère de réflexion, de paix, la rend particulièrement appropriée. J'ai chanté et dirigé cette œuvre tellement de fois dans mon enfance et mon adolescence, lors de concerts de la Semaine sainte que ma relation personnelle à cette œuvre est très forte. La version symphonique de Giulini et Philharmonia (DGG), bien loin des versions plus chambristes (probablement plus proches des forces que Fauré avait en tête), est, selon moi, inégalée pour ce qui est sa portée spirituelle.

— POULENC : Stabat Mater

Ce texte a inspiré les compositeurs au plus haut point... Pergolèse, Haydn, Dvořák (évidemment!), Szymanowski... Celui de Poulenc est si personnel, comme un miniopéra (Dialogue des Carmélites), qui me touche droit au coeur. Je recommande la version de Stéphane Denève/Stuttgart (Hänssler classic)

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.