Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Intemporel Bach
Par
Mario F. Paquet

Date de publication

17 mars 2015

Genre

Gilles Cantagrel se passionne depuis l’enfance pour Bach, à qui il a consacré de nombreux ouvrages considérés comme des références (publiés chez Fayard). Il nous apprend d’ailleurs que la date du 21 mars correspond en réalité au 31 mars du calendrier actuel. Cet écart s’explique par le fait qu’à l’époque la région d’Eisenach, où est né Bach n’avait pas adopté le calendrier promulgué par Grégoire XIII en 1582 lequel venait combler le retard de 10 jours du calendrier julien. De nombreux états protestants ainsi que le monde orthodoxe avaient conservé ce calendrier pour marquer leur opposition à la papauté. Aucun détail ne semble échapper à Gilles Cantagrel.

En tant que musicologue, celui-ci a toujours eu à cœur de resituer Bach en son temps (c’est d’ailleurs le titre d’un de ses livres), dans son tissu humain, social et religieux, dans sa vision d’un monde qui était bien différent du nôtre. Sa connaissance de l’homme et de sa musique est immense. Qui plus est, cette érudition est portée par un talent de conteur exceptionnel. Gilles Cantagrel nous suggère des pistes, il ouvre des voies, nous donne les clés manquantes pour pénétrer plus profondément dans les richesses symboliques inépuisables de la musique de Bach.

Si je devais emprunter une image forte pour décrire Gilles Cantagrel, je dirais qu’il est à Bach ce que Paul est à Jésus : un véritable apôtre! Saint Paul n’a pas connu Jésus, mais il se considérait comme l’égal des apôtres, tant il était proche de lui en esprit. Gilles Cantagrel connaît et aime profondément Bach, et il nous le rend si proche, si humain, si vivant.  

On a pu dire de Bach, pour qualifier la profondeur de sa foi chrétienne, qu’il était un cinquième  évangéliste. Il ne cessait en effet de se questionner sur le sens de la vie et de la mort. Porté par le message pascal de la résurrection du Christ, il croyait que la vie était plus forte que la mort.

Ultimement, selon Gilles Cantagrel, ce que le génie de Bach offre à la postérité, c’est cette conquête qu’il a lui-même accomplie, sur le doute et l’angoisse face à la mort pour trouver l’équilibre, la plénitude et la sérénité. Si autant de personnes sont à ce point sensibles à la musique de Bach dans notre époque trouble, c’est peut-être qu’elles y trouvent justement cet équilibre, cette plénitude et cette sérénité. Et Gilles Cantagrel, de conclure à propos de Bach: « Il nous rend heureux et nous donne envie de vivre. »

Soyez à l'écoute des Soirées classiques le mercredi 18 mars. 

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.