Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
De Nat King Cole à Malcolm X, en passant par Cherbourg...
Par
Stanley Péan

Date de publication

16 févr. 2015

Genre

Même si son statut de superstar du monde du spectacle pouvait donner l’impression que le suave Nat King Cole évoluait au-dessus de sa condition de Noir dans une Amérique livrée à l’apartheid soft, ce n’était pas le cas – ainsi qu’en témoigne l’attentat qu’il subit en plein concert le 10 avril 1956 à Birmingham en Alabama. Pianiste élégant qui contribua à la transition entre swing et jazz moderne, chanteur à la voix de velours et à la diction parfaite, l’inoubliable Cole a acquis le statut d’immortel bien avant de s’éteindre, emporté par un cancer de la gorge le 15 février 1965. Ce soir, je vous propose d’écouter quelques-uns de ses grands succès, ainsi que des hommages que lui ont rendus Ray Charles, Marvin Gaye, Oscar Peterson, Denzal Sinclaire, sans oublier sa fille Natalie Cole.

En rediffusion mardi, vous pourrez réentendre une émission que je vous avais proposée initialement au printemps 2013 articulée autour de la chanson My one and only love, un standard de Robert Mellin et de Guy Wood, et d’un thème éminemment romantique : le vertige et la magie des amours qui illuminent nos vies. Au programme : John Coltrane et Johnny Hartman, Ben Webster, Dave Brubeck et Paul Desmond, Lena Horne, Mary Stalls et bien d’autres.

De retour en studio mercredi, prenant prétexte de l’anniversaire de la création de la comédie musicale Les parapluies de Cherbourg par Michel Legrand et Jacques Demy, je vous inviterai à une nouvelle incursion dans le jardin musical de Legrand, avec des extraits de ses musiques pour ce film mythique et sa suite, Les demoiselles de Rochefort, de même que des relectures d’autres joyaux de son répertoire devenus des standards, par des interprètes du calibre de Miles Davis, Bill Evans, Rigmor Gustafsson et j’en passe.

À notre survol de l’actualité jeudi, parmi mes suggestions de sorties jazz pour les prochains jours, il sera notamment question du concert-bénéfice dédié à Oliver Jones donné par le guitariste haïtien Harold Faustin au profit de la Maison d’Haïti, dimanche soir prochain à la salle Marie-Gérin-Lajoie de l’UQAM. Comme de coutume, je vous ferai découvrir quelques récentes parutions, comme le remarquable album du trompettiste David Enhco, Layers (Nome). Et mon compère Ralph Boncy d'ICIMusique.ca sera aussi de la partie, pour nous convier à une petite incursion du côté de l'océan Indien.

Enfin, pour marquer le cinquantième anniversaire de l’assassinat du prédicateur, activiste et militant humaniste Malcolm X, j’entends replacer le personnage dans son contexte avec des musiques et des chansons évoquant l’Amérique raciste qui l’a vu naître et mourir, des extraits de la trame sonore signée Terence Blanchard pour le film de Spike Lee sur la vie du leader noir, et enfin des compositions de jazzmen contemporains dédiées à sa mémoire.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.