Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Les vents orfèvres : le nyckelharpa du Docteur Bélanger
Par
Ralph Boncy

Date de publication

22 janv. 2015

Musique baroque, musique ancienne ou nouveau folklore? Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de lui jusqu'à maintenant, mais Les vents orfèvres (quel joli titre!) n’est pas le premier enregistrement de Jean-François Bélanger.

En plus des trois albums déjà à son actif, Cap-aux-Sorciers, Avant la dérive et Les mauvais conseils, ce docteur a participé avec brio aux disques festifs de La volée d’castors, de La Bottine souriante, d’Yves Lambert et de Genticorum. Il a donc des amis dans la musique trad.

Mais un chercheur ne s’arrête pas là…

Pas fou, le psy!

« Cet album tente d’appréhender les choses de l’esprit », explique humblement l’artiste à la barbe rousse.

Sur ce nouvel opus sans paroles, mais tellement plus contemplatif et apaisant que les précédents, on entend du clavecin et de la guimbarde, de la viole de gambe et des cloches tubulaires. On joue des cordes aussi avec le Quatuor Claudel-Caminex et la violoncelliste Nathalie Haas. Mais l’instrument vedette reste le nyckelharpa de Bélanger, un étrange outil suédois venu du Moyen-Âge. L’engin, qui s’apparente à la vièle, comprend une panoplie de clés, d’éclisses et de touches, et se joue avec un archet.

On entend le silence aussi. Un espace vide fascinant dont le musicien et compositeur, qu’on surnomme l’homme renard, s’approche délicatement, avec un profond respect.

« Il est plus facile d’écouter le bruit que le silence, confie-t-il. Intuition, recueillement ou espérance ont été mes outils d’exploration. »

Entre la clinique et le studio

Les leçons de violon sont venues avant les cours de médecine et de psychiatrie pour le jeune Jean-François (il avait 7 ou 8 ans), mais c’est en autodidacte que ce collectionneur de lutherie approfondit inlassablement la trentaine d’instruments qui meublent aujourd’hui son appartement de Montréal. Particulièrement intéressé par les traditions scandinaves, il utilise des instruments inusités qui donnent à ses prestations un caractère curieux et unique.

Jean-François Bélanger - Les vents orfèvres from Jean-François Bélanger on Vimeo.

 

Jean-François Bélanger - Les eaux de l'oubli / Jökulhlaup from Jean-François Bélanger on Vimeo.

 

En effet, de L’ouverture à quatre épingles, inspirée par le château de Versailles, à la Suite norvégienne (qui dure11 minutes) en passant par L’expédition, qui évoque le voyage épique de Roald Amundsen au pôle Sud, voici un bel et ambitieux ouvrage instrumental. Fruit de trois années de travail minutieux, c’est une œuvre d’une beauté intemporelle qui s’écoute d’une traite et se réécoute encore sans aucun effort…

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.