Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Guy Bélanger : Blues turn
Par
Ralph Boncy

Date de publication

06 nov. 2014

Genre

Take a walk around the corner fait démarrer l’album sur un rythme de blues joyeux. Il est vrai que l’histoire se gâte par la suite, un peu comme dans le succès Hey Joe de Hendrix, avec un terrible drame de jalousie, mais l’auditeur a vite fait de comprendre que les 12 pièces de ce disque seront accessibles et sans fioritures.

Huit fois gagnant du Lys d’or de la meilleure performance musicale au cours des 10 dernières années, reconnu pour son travail de compositeur de musique de films québécois (il a même remporté un Jutra pour la trame sonore du fameux Gaz Bar Blues), Guy Bélanger est bien chez lui, à Repentigny. D’ailleurs, ses amis musiciens ont rebaptisé Repenti-Guy pour le taquiner, cette ville de banlieue au nord de Montréal.

N’empêche que le jour où son fidèle producteur René Moisan (président des disques Bros), lui offre un chèque en blanc avec le choix d’une ville unique pour aller se mesurer à de grosses pointures de niveau international, sa réflexion ne s’éternise guerre. Ni Nashville, ni Memphis, ce sera Chicago.

« Imagine-toi que je n’y avais jamais été! » nous confie Bélanger, encore visiblement enchanté de sa visite au mois d’août. « C’était donc un choix naturel pour le blues. Une question d’amour… et de technique aussi. On avait accès au Riverside studio dans le Delmark House : le vrai son de Chicago. Et puis je rêvais de jouer avec le guitariste Studebaker John, et René lui, avait un contact avec le légendaire Jimmy Johnson (85 ans), un authentique bluesman du Mississipi à qui l’histoire n’a pas rendu justice mais pour qui il avait fait programmé des spectacles dans quelques salles canadiennes il y a une dizaine d’années »

Le super batteur Kenny « Beedee eyes » Smith et le vétéran bassiste Felton Crews complètent la section rythmique sur Forty days and forty nights ainsi que sur Death don't have no mercy dans lesquels l’harmoniciste québécois souffle et chante à perdre haleine.

Une belle expérience donc, avec en plus, la confirmation d’un nouveau talent. Car Guy Bélanger qui s’était aventuré à chanter sans prétention un ou deux titres sur chacun de ses précédents albums prend en désormais charge les parties vocales dans la majorité des pièces.


La voie est libre, GB! Tu peux faire ton Blues turn.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.