Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
L’Orchestre philharmonique de Vienne à l’honneur!
Par
Frédéric Trudel

Date de publication

09 oct. 2014

Genre

Le prix Birgit Nilsson, doté d’un million de dollars, est la récompense la plus généreuse attribuée dans le monde de la musique classique. Fondé il y a 6 ans selon les vœux de la célèbre soprano suédoise Birgit Nilsson, disparue en 2005, il est décerné tous les 3 ans à un acteur du milieu musical, en reconnaissance de l’excellence de ses réalisations et de son influence marquante dans les domaines du concert et de l’opéra. Il s’agit, ni plus ni moins, d’une sorte de prix Nobel de la musique.

Institution mondialement reconnue et riche de ses 172 années d’histoire, l’Orchestre philharmonique de Vienne est peut-être la formation la plus emblématique de la grande tradition musicale classique européenne. Cet orchestre, entièrement autogéré par ses musiciens, sans directeur musical permanent, peut s’enorgueillir d’avoir étroitement travaillé avec plusieurs des plus grands noms de l’histoire de la musique, de Brahms à Mahler et Richard Strauss, en passant par Wagner, Liszt, Bruckner, Hans Richter, et plus près de nous, Wilhelm Furtwängler, Karl Böhm, Herbert von Karajan et Leonard Bernstein. La liste constitue à elle seule tout un pan du patrimoine musical mondial! Nul doute que l’ensemble viennois incarne toutes les qualités recherchées par la Fondation Birgit Nilsson pour l’obtention de ce prix.

Voyez ici, en intégralité, l'un de ces fameux concerts du Nouvel An de l'Orchestre philharmonique de Vienne, un rendez-vous planétaire des mélomanes et des amoureux de la valse, retransmis dans le monde entier tous les 1er janvier. 

Notre semaine à Vienne commence donc lundi et mardi, les 6 et 7 octobre, aux Soirées classiques, où Mario F. Paquet vous présente deux magnifiques concerts de l’Orchestre philharmonique de Vienne, enregistrés en août dernier au Festival de Salzbourg, la résidence d’été de l’orchestre. Le premier de ces concerts est dirigé par nul autre que Ricardo Muti, lui-même gagnant du prix Birgit Nilsson en 2011, et donne à entendre les symphonies no 4 de Schubert et no 6 de Bruckner. Le second concert présente, quant à lui, deux œuvres marquantes de Richard Strauss, Mort et transfiguration et Ainsi parlait Zarathoustra, dirigées par le jeune chef d’orchestre Gustavo Dudamel.

Jeudi soir, 9 octobre, au Printemps des musiciens, Françoise Davoine nous fait découvrir le jeune violoniste autrichien Ziyu He, grand lauréat du prix Eurovision Young Artists 2014, dont la finale s’est tenue à Salzbourg, en mai dernier. À noter que le président du jury de ce concours est le Herr Professor Clemens Hellberg, violoniste et chairman de l'Orchestre philharmonique de Vienne. L’animatrice nous fait également entendre des extraits du tout dernier enregistrement du pianiste Lang Lang avec l’Orchestre philharmonique de Vienne, dirigé par Nikolaus Harnoncourt : un disque tout Mozart.

Enfin, le clou de la semaine, le samedi 11 octobre en webdiffusion sur ICI Musique.ca et en rediffusion le dimanche 12 octobre sur les ondes d’ICI Musique, Sylvia L’Écuyer anime son émission Place à l’opéra, en direct de Stockholm, à l’occasion de la remise du prix Birgit Nilsson. Elle nous propose d’écouter le concert de gala dirigé par Ricardo Muti et des extraits de la cérémonie. Également au programme : l’opéra Elektra, de Richard Strauss, interprété par les chœurs et l’Orchestre de l’Opéra de Vienne sous la direction de Karl Böhm, avec Birgit Nilsson dans le rôle-titre, un enregistrement réalisé sur le vif en 1965 et récemment réédité.

En complément, Sylvia nous offre un entretien passionnant avec le musicologue réputé Christian Merlin, auteur d’un important ouvrage à paraître sur l’Orchestre philharmonique de Vienne. « On ne peut pas comprendre et bien connaître le Philharmonique de Vienne sans avoir en tête que c'est un orchestre d'opéra au départ », explique ce dernier. « Ses membres font d'abord et également partie de l’Orchestre de l’Opéra d’État de Vienne, et cette double appartenance est absolument fondamentale dans leur identité. » L'entrevue traite des nombreuses particularités de la formation viennoise et aborde notamment la question de la présence féminine au sein de cet orchestre qui était encore, jusqu’en 1997, un club très select, uniquement réservé à ces messieurs…

Longue vie à l’Orchestre philharmonique de Vienne, et bonne semaine de musique!

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.