Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
1er octobre-Journée internationale de la musique-Yannick Nézet-Séguin en concert avec l'Orchestre philharmonique de Berlin
Par
Mario F. Paquet

Date de publication

30 sept. 2014

Genre

L’art de Yannick Nézet-Séguin est un art de l’écoute. Il sait être à l’écoute des musiciens et, comme Carlo Maria Giulini (1914-2005) qui fut son maître, il a pour eux un immense respect. En retour, ceux-ci n’hésitent pas à lui donner le meilleur d’eux-mêmes. En plus des trois formations dont il a la charge (Orchestre de Philadelphie, Philharmonique de Rotterdam et Orchestre métropolitain), sa carrière de chef invité est aussi très importante. Diriger pour la première fois un orchestre, c'est plonger dans l'inconnu. Si l'on peut parler d'une aventure musicale, c'est avant tout une aventure humaine. 

Lors de son premier passage à l’Orchestre philharmonique de Berlin à l’automne 2010, la magie opère. Il dira que cette soirée a été « l’une des plus belles de sa vie », ajoutant n’avoir jamais connu un tel degré d’intensité et d’émotion. Il y est retourné en juin 2012 ainsi qu’en mars 2014. C’est ce concert que vous entendrez aux Soirées classiques mercredi. Il y dirigeait la 4e symphonie de Mahler et le Concerto pour flûte de Carl Reinecke  (Andreas Blau, soliste).

Rappelons aussi que les 3 et 4 octobre, Yannick Nézet-Séguin va inaugurer sa 15e saison en tant que chef de l’Orchestre métropolitain en dirigeant la 10e symphonie de Mahler à la Maison symphonique. 

La musique est porteuse d’un message universel de paix et de fraternité

Il existe une parenté entre la vision de la musique de Yanick Nézet-Séguin et celle du chef et pianiste Daniel Barenboim. Celui-ci, dans un court recueil de textes intitulé La musique est un tout, paru récemment aux Éditions Fayard, rappelait quelque chose de fondamental : la musique est avant tout une question de lien. Une œuvre musicale, au même titre qu'un orchestre, représente un microcosme de notre monde, « une totalité organique dont chacune des parties est reliée aux autres », expliquait-il. 

À une époque où les savoirs sont compartimentés à l’extrême et où règne l’hyperspécialisation, la musique, poursuit-il, nous enseigne à cultiver une vision globale.

La musique ne peut pas être désagrégée dans ses éléments constitutifs, la mélodie ne peut pas exister sans le rythme ou sans l’harmonie, et ainsi de suite. La véritable essence de la musique est le contrepoint : un thème dialogue avec un thème opposé, énoncé simultanément, ou est accompagné de commentaires simultanés. Quand on joue de la musique, si un élément est déconnecté des autres, l’idée de la totalité disparaît automatiquement.

Daniel Barenboim

La portée éthique d’un tel raisonnement est immense et elle touche tous les aspects de notre « vivre ensemble », de nos liens les uns avec les autres, des liens entre les différentes cultures et des liens avec la terre qui supporte notre vie. 

Plus que jamais, nous avons besoin de la musique et des musiciens. Et pourtant, de sombres rumeurs circulent quant à l’avenir des conservatoires régionaux au Québec. Yannick Nézet-Séguin, à l’instar de plusieurs de ses collègues, a tenu à prendre position publiquement pour réaffirmer l’importance de ces établissements pour notre culture. C’est, écrivait-il « la qualité de vie de toute notre société qui est en jeu ». 

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.