Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Jean-Philippe Sylvestre ramène André Mathieu vers la lumière
L'écoute est terminée
Jean-Philippe Sylvestre, Orchestre Métropolitain, Alain Trudel MATHIEU / RACHMANINOV: CONCERTO DE QUEBEC
  1. CONCERTO POUR PIANO NO 3, "QUEBEC", 1ER MVT
  2. CONCERTO POUR PIANO NO 3, "QUEBEC", 2E MVT
  3. CONCERTO POUR PIANO NO 3, "QUEBEC", 3E MVT
  4. CONCERTO POUR PIANO NO 2, OP 18, 1ER MVT
  5. CONCERTO POUR PIANO NO 2, OP 18, 2E MVT
  6. CONCERTO POUR PIANO NO 2, OP 18, 3E MVT

Date de publication

25 août 2017

Genre

Par
Frédéric Cardin

Le pianiste québécois Jean-Philippe Sylvestre était au Festival Classica de Saint-Lambert (sur la Rive-Sud, dans la région de Montréal) en juin dernier. Il donnait alors un concert avec l’Orchestre métropolitain dirigé par Alain Trudel, lors duquel il a joué deux concertos romantiques parmi les plus généreusement mélodiques du répertoire : le deuxième de Rachmaninov et le Concerto de Québec d’André Mathieu. L’enregistrement de ce concert vient de paraître sous étiquette Atma.

Enregistré lors du concert donné le 1er juin 2017 à l’église de Saint-Constant, l’album Mathieu / Rachmaninov – Mathieu : Concerto de Québec, Rachmaninov : Concerto pour piano no 2 nous présente un Jean-Philippe Sylvestre démontrant pourquoi il fait une belle carrière internationale. Jean-Philippe construit un dialogue généreux et fertile avec l’orchestre.

La comparaison avec l’interprétation d’Alain Lefèvre du même concerto d’André Mathieu est inévitable. Sylvestre est plus pimpant, plus allègre. Là où Lefèvre appuyait (efficacement) sur le drame inhérent au destin tragique de Mathieu, son jeune collègue semble vouloir le ramener vers la lumière et souligner les éclats étincelants de la partition.

Le Concerto no 2 de Rachmaninov reçoit pour sa part une lecture convaincante de la part de Jean-Philippe Sylvestre. Le jeune homme n’est pas un interprète flamboyant, mais il nous invite à pénétrer avec lui dans l’univers de cette musique, subtilement, intelligemment, sans ostentation.

Nous entendons ainsi une partition irrésistibe, jouée en toute simplicité, mais avec une passion agréablement canalisée par le doigté libre et fluide du jeune artiste.

Important bémol : la prise de son laisse à désirer. Froide et distante, elle nous offre, par exemple, des cors en déficit de rondeur et de velours sonore (cela est particulièrement évident dans certains passages). Ailleurs, c'est l'équilibre entre le piano et l'orchestre qui place le soliste en désavantage. On peut carrément le perdre dans la masse. Cela dit, on ressent efficacement le plaisir des spectateurs, qui devait être palpable lors de cette belle soirée de juin 2017 au Festival Classica.

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique et sur ICIMusique.ca?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.