Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Philippe Jaroussky : Orphée dans l'âme
L'écoute est terminée
Philippe Jaroussky, Emöke Baráth, I Barocchisti, Choeur de la Radio-Télévision Suisse Italienne, Diego Fasolis PHILIPPE JAROUSSKY: LA STORIA DI ORFEO
  1. L'ORFEO, SINFONIA
  2. L'ORFEO, "CARA E AMABILE CATENA"
  3. L'ORFEO, SV 318, "VIENI, IMENEO"
  4. L'ORFEO, SV 318, "ROSA DEL CIEL"
  5. ORFEO, "MIO BEN, TECO 'IL TORMENTO"
  6. L'ORFEO, "CHE DOLCEZZA E LA CERTEZZA"
  7. ORFEO, "DEH, PIU LUCENTE"
  8. L'ORFEO, SV 318, "VI RICORDA, O BOSCHI OMBROSI"
  9. L'ORFEO, SV 318, "VIENI, IMENEO"
  10. ORFEO, "M'AMI TU?...SE COSI DUNQUE AMOR FA"
  11. ORFEO, "A L'IMPERIO D'AMORE"
  12. L'ORFEO, "AHIME, NUMI, SON MORTA"
  13. AH, PIANGETE!
  14. ORFEO, "LAGRIME, DOVE SETE?"
  15. L'ORFEO, "E MORTA EURIDICE"
  16. ORFEO, "DORMITE BEGL'OCCHI"
  17. L'ORFEO "ORFEO DU DORMI?"
  18. L'ORFEO, "SE DESTI PIETA"
  19. L'ORFEO, "RISVEGLIATI, SU"
  20. L'ORFEO, SV 318, "POSSENTE SPIRTO"
  21. L'ORFEO, "PIETADE OGGI E AMORE"
  22. L'ORFEO, "NUMI, CHE VEGGIO...NON TI VOLGER"
  23. L'ORFEO, "CHIUSO, AHIME, DI COCITO...RENDETEMI EURIDICE"
  24. ORFEO, "LASCIATE AVERNO"
  25. ORFEO, "AMOR VERO E SALDA FE"

Date de publication

14 avr. 2017

Genre

Par
Frédéric Trudel

Le mythe d’Orphée, l’histoire de ce poète et musicien, béni des dieux, qui descend aux enfers pour sauver sa bien-aimée Eurydice, a inspiré de nombreux compositeurs d’opéra au cours des quatre derniers siècles, de Claudio Monteverdi à Philip Glass en passant par Christoph Willibald Gluck et Jacques Offenbach. Dans son plus récent album, La storia di Orfeo, le contre-ténor français Philippe Jaroussky se glisse dans la peau de ce héros de la mythologie grecque, à travers les musiques de trois compositeurs italiens du 17e siècle, Claudio Monteverdi, Luigi Rossi et Antonio Sartorio.

C’est un bien triste destin que celui d’Orphée et d’Eurydice, ces amants séparés par la mort après que la belle a été mordue par un serpent maléfique et envoyée aux Enfers. Ayant réussi à charmer le maître du royaume des morts par la grâce de sa musique, Orphée obtient le privilège de ramener son Eurydice à la vie, à condition qu’elle le suive et qu’il ne se retourne pas pour la voir avant d’être tous deux parvenus dans le monde des vivants. Orphée, hélas, ne peut se retenir et Eurydice lui est enlevée à jamais.

C’est cette histoire tragique que Philippe Jaroussky a choisi de nous raconter ici. En condensant et en réunissant la musique de trois opéras, L’Orfeo (1607) de Claudio Monteverdi, Orfeo (1647) de Luigi Rossi et L’Orfeo (1672) d’Antonio Sartorio, il a habilement constitué une sorte de cantate à deux voix et chœur, recentrée sur les seuls personnages d’Orphée et d’Eurydice. En compagnie de la soprano hongroise Emöke Barath, des musiciens de l’ensemble I Barocchisti et du Chœur de la Radio Télévision Suisse italienne dirigés par Diego Fasolis, Jaroussky nous fait vivre, en un peu plus d’une heure, les bonheurs et les tourments des deux amants.

Les admirateurs de Philippe Jaroussky seront heureux de retrouver dans cet album le timbre de voix unique et l’émouvante expressivité qui ont fait la marque du contre-ténor français. Pour ma part, j’ai eu le coup de foudre pour la voix chaude et pénétrante de la jeune soprano Emöke Barath, qui incarne avec beaucoup de justesse le rôle d’Eurydice. Assurément une artiste à suivre! Ce disque est une belle réussite et nous fait redécouvrir un répertoire parfois un peu délaissé, celui extraordinairement inventif de l’Italie du 17e siècle.

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique et sur ICIMusique.ca?
Abonnez-vous à notre infolettre classique!

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.