Chargement en cours

avec
avec
Joey DeFrancesco and The People : hommage à la liberté
L'écoute est terminée
JOEY DEFRANCESCO JOEY DEFRANCESCO & THE PEOPLE: PROJECT FREEDOM
  1. IMAGINE
  2. PROJECT FREEDOM
  3. THE UNIFIER
  4. BETTER THAN YESTERDAY
  5. LIFT EVERY VOICE AND SING
  6. ONE
  7. SO NEAR, SO FAR
  8. PEACE BRIDGE
  9. KARMA
  10. A CHANGE IS GONNA COME
  11. STAND UP

Date de publication

13 avr. 2017

Genre

Par
Ariane Cipriani

L’organiste Joey DeFrancesco revient avec Project Freedom, un autre disque vivifiant, où l’agilité de son jeu est égale à son interprétation sentie, viscérale. Cette fois-ci, les préoccupations du virtuose dépassent de loin les frontières musicales.

L’as de l’orgue Hammond B3 joue habituellement en trio, soutenu par le guitariste Dan Wilson et le batteur Jason Brown. Avec l’ajout du saxophoniste Troy Roberts, un nouveau quartette voit le jour : The People. « Le peuple » fait également référence à tous les citoyens américains et aux défenseurs de la liberté.

Le Project Freedom qui résulte de cette formule à quatre se veut des plus rassembleurs en cette ère de division sous la gouvernance de Donald Trump. Ce jazz-soul moderne, infusé de blues et d’une bonne dose de bop, témoigne d’une franche camaraderie entre les instrumentistes autant que d’une conscience sociale.

À travers les compositions originales, Joey DeFrancesco glisse des relectures lourdes de sens. En guise de prologue, quelques mesures de la chanson Imagine de John Lennon. Joué à l’orgue et en version instrumentale, cet extrait semble annoncer gravité et recueillement. Toutefois, rassurez-vous, l’énergie de l’organiste est toujours aussi contagieuse. S’il faut se rassembler dans sa chapelle de jazz pour contrer ces temps inquiétants, on le fera sur des rythmes soutenus et dans la joie, même pendant Lift Every Voice and Sing de John Rosamund Johnson et A Change Is Gonna Come de Sam Cooke, deux chansons hautement spirituelles et directement liées aux revendications des Afro-Américains. La relecture de l’hymne de Sam Cooke démontre comment Troy Roberts double la mise de la sensualité. Le groupe reprend aussi la pièce So Near So Far du batteur Tony Crombie, enregistrée à l’origine par Miles Davis en 1963.

Titres pacifistes, musiques rassembleuses
Pour ce qui est du matériel original, les titres envoient un message d’unité et de paix. The Unifer nous attire vers le funk, Karma charme avec sa touche rétro, et Peace Bridge nous entraîne vers une rêverie romantique. Sur One, DeFrancesco prend la trompette, avec sourdine façon Miles Davis.

Ce qui est remarquable avec ce Project Freedom, enregistré à New York, c’est qu’il permet à chaque musicien de briller à plusieurs occasions, mettant en vedette son instrument pendant un solo ou répondant en contrepoint aux complices. Le leader du groupe laisse énormément d’espace aux instrumentistes.

L’épilogue résume parfaitement la volonté derrière chaque note. Stand Up (levez-vous) commence et se termine avec des claquements de mains, une des plus simples manifestations d’un rassemblement pacifiste, accessible à tous.


Compléments :
– Webradio Classiques du soul
– Webradio Nouveautés jazz
Scott Joplin : le roi du ragtime