Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Darcy James Argue’s Secret Society : conspiration en 13 temps
L'écoute est terminée
Darcy James Argue's Secret Society DARCY JAMES ARGUE'S SECRET SOCIETY: REAL ENEMIES
  1. YOU ARE HERE
  2. DARK ALLIANCE
  3. APOCALYPSE IS A PROCESS
  4. TRUST NO ONE
  5. NEVER A STRAIGHT ANSWER
  6. THE HIDDEN HAND
  7. CASUS BELLI
  8. SILENT WEAPONS FOR QUIET WARS
  9. WHO DO YOU TRUST?
  10. BEST FRIENDS FOREVER
  11. CRISIS CONTROL
  12. YOU ARE HERE
  13. THE ENEMY WITHIN

Date de publication

20 oct. 2016

Genre

Par
François Lemay

On ne pourra jamais reprocher au compositeur et chef d’orchestre brooklynois (d’origine vancouvéroise) Darcy James Argue de manquer d’ambition. Parce que pour réussir à créer une musique qui se veut une rencontre entre le dodécaphonisme et le jazz, pour un big band de 18 musiciens, et qui traite des grandes névroses modernes, il faut savoir ce que l’on fait et comment le faire. Sinon, le résultat peut rapidement devenir indigeste. Heureusement, ce n’est pas le cas ici. Argue est un compositeur intelligent et sensible, qui est en mesure de créer un édifice musical qui se tient et qui a les fondations bien ancrées dans des préoccupations contemporaines.

Évidemment, tout ça, Argue nous l’avait déjà montré en obtenant une nomination pour le Grammy du meilleur album jazz pour orchestre, dès son premier essai avec son groupe Secret Society, paru en 2005. Même chose pour leur deuxième album, paru en 2013, qui a aussi fait belle figure aux différents palmarès annuels consacrés aux meilleurs albums jazz.

Chronique sur l'album Real Enemies à Quand le jazz est là

Stanley Péan discute avec Samuel Blais de l'album Real Enemies de Darcy James Argue’s Secret Society

Audio

Mais intéressons-nous plutôt à ce troisième album. Dès les premières mesures, on se rend compte que l’on pénètre dans un univers inquiétant. Inspiré d’une performance multimédia et d’un livre intitulé Real Enemies: Conspiracy Theories and American Democracy, World War I to 9/11, l’album est porté par la thématique de la théorie de la conspiration et ce qui l’inspire : la peur du communisme, les Illuminati, Edward Snowden, etc. Accouplé à ces thèmes, l’esthétisme dodécaphonique génère un sentiment proche de l’aliénation (avec quelques relâchements tout à fait bienvenus), totalement en phase avec la thématique d’ensemble.

Voilà donc un disque dérangeant, qui s’adresse autant à la tête qu’aux oreilles. Et ça fait du bien, des fois, de les faire travailler en même temps.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.