Chargement en cours

avec
avec
En chargement...
Erreur de chargement.
L’érable à palabres de Zal Sissokho
L'écoute est terminée
Zal Sissokho ZAL SISSOKHO: LA PALABRE
  1. MBEUGUEL
  2. KOUMO
  3. PALABRE
  4. PAPA
  5. ABARAKA, MERCI
  6. KANAKASSI
  7. LA LASSITUDE
  8. DIALIYA, LE PAPA MUSICIEN
  9. M'BOLLO
  10. SABOU
  11. MANSANI CISSE
  12. LE PETIT TRAIN
  13. SALAMALEKOUM

Date de publication

23 mars 2017

Par
Frédéric Cardin

Le Sénégalo-Québécois (appelons-le Québégalais) Zal Sissokho est un joueur de kora (un instrument africain à mi-chemin entre la harpe et la guitare). Il est aussi de ces musiciens qu’on aime instantanément : un interprète raffiné et sensible, et un homme profondément humaniste. Tout cela transparaît dans sa musique, comme celle du très bel album La palabre, qui vient juste de sortir. Chaque pièce est une histoire touchante, comme celle d’une kora ancestrale qui lui a été léguée par… Gilles Vigneault!

Aussitôt amorcée, la musique de Zal Sissokho nous plonge dans des racines millénaires, celles des griots d’Afrique de l’Ouest. Un griot est un barde qui perpétue les traditions ancestrales et qui agit comme gardien de la culture et de la mémoire. Celui-ci a l’habitude d’exercer son métier partout où il le peut, mais surtout sous l’arbre à palabres, d’où le titre de l’album. La musique est belle et merveilleusement suggestive d’une soirée doucement rafraîchissante au pied d’un grand baobab.

Si vous connaissez bien Boucar Diouf, vous avez déjà entendu parler de l’arbre à palabres, ce lieu de socialisation typiquement africain (et particulièrement mandingue, une culture riche et ancienne originaire du Mali). On y discute de tout ce qui touche les affaires de la vie quotidienne du village, et l'on y résout les problèmes, en plus d’y faire l’apprentissage des légendes qui façonnent l’identité collective, notamment grâce aux griots!

Bref, Zal Sissokho, originaire du Sénégal, un pays baignant dans la culture mandingue, transpose dans son Québec d’aujourd’hui la symbolique de l’arbre à palabres (qui pourrait être un grand et majestueux érable!).

Il nous invite ainsi à partager ses propres références culturelles, qu’il sait marier avec celles du Québec. En supplément de sa kora, dont il joue fort bien, et de sa voix douce et affable, Zal a su faire appel à plusieurs très bons musiciens, comme Claude Lamothe au violoncelle, Daniel Guedes aux tambourins, Papa Saliou Tall à la basse, et bien d’autres.

Regardez le portrait de Zal Sissokho réalisé par nos collègues de La Fabrique culturelle de Télé-Québec

La pièce numéro cinq sur l’album (Abaraka, merci) est le résultat d’une anecdote savoureuse. Invité chez Gilles Vigneault, Zal Sissokho se voit offrir par le barde (griot?) québécois une kora qu’il possède depuis 40 ans. Elle lui avait été offerte par un musicien sénégalais dont il a oublié le nom. En nettoyant l’instrument, Zal découvre une photo camouflée dans la calebasse (grosse sphère à la base de l’instrument) : il y reconnaît son frère! Ce dernier était musicien, le premier au Québec à jouer de la kora, et l’avait offerte à Gilles Vigneault il y a longtemps. La boucle est ainsi bouclée, un griot offre son instrument à un pair en signe de respect, et celui-ci la remet à un autre, dans le même esprit.

La magie des griots, et de leur arbre à palabres, fonctionne au-delà des décennies et des océans.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.