Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Sas Agapo : l’âme grecque d’Alain Lefèvre - en rappel
L'écoute est terminée
Alain Lefèvre ALAIN LEFEVRE: SAS AGAPO
  1. SAS AGAPO
  2. ELIPIDA
  3. DOMINO
  4. NON RETOUR
  5. PROMENADE A KAVOURI
  6. PREMONITION
  7. LE BEL AMOUR
  8. GRAND CARNAVAL

Date de publication

22 févr. 2017

Genre

Par
Frédéric Cardin

À l'occasion du festival Montréal en lumière, Alain Lefèvre donnera en concert les pièces de son plus récent album, Sas Agapo. C'est le 26 février à la Maison symphonique. Afin de souligner cet événement qui promet d'être l'un des plus touchants du festival, nous avons pensé vous offrir (à nouveau) l'écoute de l'album, et ce pour une semaine complète. Régalez-vous, avant d'aller l'entendre sur la scène de la superbe Maison symphonique!

Sas agapo (Je vous aime) est le 6e album de compositions toutes personnelles du pianiste Alain Lefèvre. Celles-ci sont imprégnées de la Grèce et surtout des traces apparemment bienfaisantes que ce pays laisse sur l’âme, si sensible, de l'artiste québécois.

Bien que la Grèce, pays aimé du musicien, soit au cœur de la musique exprimée sur Sas agapo, vous n’y trouverez pas, ou très peu, d’intonations harmoniques ou rythmiques y faisant référence directement (si ce n’est la pièce-titre, Sas Agapo, et la pièce finale de l’album, Grand Carnaval, aux forts accents de danse folklorique). Autrement dit, ne vous attendez pas à la musique de Zorba, version clavier!

Alain Lefèvre le dit lui-même :

Pour chacune des œuvres de Sas agapo, il y a mes images, mon scénario, mon interprétation de « tableaux de vie » qui prennent place à des moments bien précis dans le temps…

Alain Lefèvre

La mélancolie se retrouve encore et toujours sur Sas agapo car c’est là, probablement, l’essence même de la sensibilité d'Alain Lefèvre. Mais il y a une plénitude ressentie qui habite indéniablement le compositeur désormais. On avait deviné cette évolution vers un nouveau rayonnement positif dans l’album de compositions précédent, Rive gauche. Le processus vers la « lumière », si l’on peut dire, se confirme.

Notre Alain semble épanoui, ses grands élans mélodiques sont affirmés, toujours aussi poignants et même encore plus convaincants qu’avant. Romantique à la Chopin et Rachmaninov, oui. Cela invitera les piques des habituels puristes du modernisme. Mais nul ne niera la grande beauté et surtout la profonde honnêteté de cette musique, celle d’une âme qui semble avoir fait la paix avec un lourd bagage de vie (dont Alain a abondamment parlé sur de nombreuses tribunes).

On est sincèrement touchés.

Vous souhaitez être informé de tout ce qui se passe d'important en musique classique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.