Chargement en cours

avec
avec
En chargement...
Erreur de chargement.
Steve Amirault : simplicité assumée
L'écoute est terminée
Steve Amirault STEVE AMIRAULT: HOLD ON, LET GO
  1. JUST BELIEVE
  2. DINDI
  3. ALL OF ME
  4. MOON RIVER
  5. GOD BLESS THE CHILD
  6. BYE BYE BLACKBIRD
  7. JAPANESE LULLABY
  8. EMBRACEABLE YOU
  9. LULLABY OF BIRDLAND
  10. PENNIES FROM HEAVEN
  11. WHAT A WONDERFUL WORLD

Date de publication

09 févr. 2017

Genre

Par
François Lemay

Fraîchement installé à Toronto, l’ex-Montréalais originaire de Nouvelle-Écosse Steve Amirault nous présente son sixième album, Hold on, Let Go, premier disque en tant que nouveau résident de la Ville Reine. Pour l’occasion, le musicien se paie le luxe de la simplicité : pas d’orchestre, pas de flaflas, seulement un piano et une voix.

Si l’écoute peut paraître un peu déstabilisante, de prime abord, l’auditeur est rapidement séduit par le charme de la proposition et, surtout, par la capacité qu’a Amirault de la porter. Cela prend une voix qui a du vécu et un jeu pianistique solide pour éviter que les pièces ne s’effondrent à cause d’une mauvaise modulation de tempo, ou d’une interprétation vocale mal assurée.

Ici, Amirault a su choisir un répertoire qui lui va bien, passant facilement de Dindi, de Jobim, à Moon River, de Mancini, sans oublier une interprétation avec une teinte de whiskey dans la gorge de Pennies from Heaven. Parmi ces airs, quelques compositions plus personnelles qui ne détonnent en rien dans l’ensemble, ce qui démontre la qualité de son talent de compositeur. La pièce instrumentale Japanese Lullaby se démarque particulièrement du lot, car c’est une pièce portée par un paradoxe, celui où la légèreté côtoie la lourdeur.

Il faut dire qu’il a tout un curriculum, Steve Amirault : récompensé d’un prix Opus pour l’album de l’année (Breath), lauréat du Concours de jazz du Festival international de jazz de Montréal et gagnant de deux prix Juno pour des collaborations, sans compter les nombreuses nominations qu’il a reçues au fil des ans. Il a aussi partagé la scène avec des musiciens de calibre international comme Joe Lovano, David Liebman, Joe Chambers et Mike Clark, entre autres.

Bref, il faut avoir du vécu pour être capable d’assumer sa simplicité, et Steve Amirault le fait bien.

Steve Amirault au piano
Stanley Péan s'entretient avec Steve Amirault

Ils discutent de l'album Hold On, Let go.

Audio

Vous aimerez aussi :

Dawn Tyler Watson remporte la compétition internationale de blues de Memphis

Écoutez le Trio Simon Denizart en concert

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.