Chargement en cours

avec
avec
En chargement...
Erreur de chargement.
Mélisande [électrotrad] : plus pop, plus trad, plus électro
L'écoute est terminée
Mélisande [électrotrad] MÉLISANDE [ELECTROTRAD]: LES MILLÉSIMES
  1. PLANTONS LA VIGNE
  2. SUR LA RITINTIN
  3. QUAND LES HOMMES SONT AUX VIGNES
  4. JE SUIS NÉE EN AUTOMNE
  5. LE RUBAN BLEU
  6. LE VIN ET L'EAU (FEAT. ALEXANDRE DÉSILETS)
  7. SI L'AMOUR PRENAIT RACINE (FEAT. DAVID GOUDREAULT)
  8. TOURNE LA MANIVELLE
  9. L'IVROGNE DÉGRISÉ
  10. BUVONS À LA RONDE
  11. ANGÉLIQUE (FEAT. NICOLAS BOULERICE)

Date de publication

02 févr. 2017

Par
Ariane Gratton-Jacob

Sur ce deuxième album, Mélisande [électrotrad] incarne davantage son identité originale pour se camper plus solidement à la fois dans l’électro et dans le trad. Un pari délicat, mais relevé avec succès.

Si elle porte le prénom de la demoiselle, dans la réalité, la formation tient plutôt du duo, formé par les deux complices Mélisande et Alexandre de Grosbois-Garand. Issue de la prog-pop, Mélisande porte les chansons de sa voix juste et énergique, dans un registre mezzo. De son côté, celui qu’on a connu dans Genticorum bidouille avec un malin plaisir les arrangements et la programmation, en plus de jouer de la flûte, de la basse et des claviers.

Pour ce grand cru, ils ont invité le chanteur pop Alexandre Désilets, le slameur David Goudreault et le chanteur du Vent du Nord Nicolas Boulerice à collaborer. On les découvre tous les trois avec joie dans les pièces Le vin et l’eau, Si l’amour prenait racine et Angélique.

Les deux comparses se sont entourés de deux vieux routiers de la pop pour la réalisation : le claviériste François Richard (Catherine Major, Damien Robitaille, etc.) et le percussionniste-batteur Alexis Martin (Robert Charlebois, Daniel Bélanger, Jorane, etc.). Le son général de l’album s’avère plus large, plus gros. Les rythmes se font plus dansants et s’imposent sans prendre trop de place.

Mélisande et Alexandre n’ont pas hésité à dévorer les kilomètres jusqu’à l'American Folklife Center de la bibliothèque du Congrès, à Washington, entre autres pour choisir avec soin les meilleures versions collectées sur bobine ou rouleau de cire entre 1912 et 1977 – les millésimes auxquels fait référence le titre de l’album.

En ce qui concerne le côté trad, on y trouve l’élan d’un véritable groupe avec le coup d’archet de Robin Boulianne au violon, allié au feu du jeu d’Alexandre à la flûte. Les airs se font plus traditionnels, notamment avec le Reel du quêteux Tremblay d’Aimé Gagnon.

Dans Les millésimes, on combine les beats numériques à la virtuosité et à la swing des musiciens traditionnels, dont le répertoire était le plus souvent destiné à faire danser, et ce, depuis son origine. Finalement, l’électrotrad est un élixir pas si inusité qui promet pour les spectacles, mais qui, étant de qualité, se révèle aussi très riche lors de l’écoute au casque.

Le lancement de l'album aura lieu le 8 février 2017 au Lion d’Or à Montréal.

Pour connaître toutes les dates de spectacles de Mélisande [électrotrad], consultez le site web.


Vous aimerez aussi:
- la webradio Les choix de la Bottine Souriante
- la webradio Party électro

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.